La Naissance Des Pieuvres

18771155.jpg

« Je me suis construite dans la pierre dure de mes 15 ans » (Fanny Ardant)

Une plongée pour une immersion totale dans les eaux agitées de l’adolescence; de ses tourments; de ses bouleversements, ses questionnements, ses désillusions, ses joies…Tout cela nous rappelle des souvenirs tellement précieux, d’une période intense et qui a déjà filée à toute allure…Attention âmes nostalgiques, à regarder avec modération !

Une belle musique pour un univers aquatique si particulier, de belles images, et des actrices absolument crédibles dans leur jeu, grâce aux dialogues notamment et au scénario.

Premier film de Céline Sciamma réalisé avec une sensibilité « immaculée », je suis conquise.

En savoir plus : Secrets de tournage

Naissance des pieuvres est le premier film de Céline Sciamma. Elève à la femis dans la section « scénario », elle l’a écrit pour son projet de fin d’études. C’est le réalisateur Xavier Beauvois, qui était alors membre du Jury lors de l’examen final, qui lui a conseillé de porter elle-même son scénario sur grand écran. Ce qu’elle fit moins d’une année plus tard…   

Tournée des Festivals  Naissance des pieuvres a été présenté au Festival de Cannes 2007 dans la section Un Certain Regard. Il a également été projeté au Festival du Film romantique de Cabourg où il a reçu le Prix de la jeunesse.   

Souvenir de jeunesse  La réalisatrice raconte d’où vient l’idée de situer le film dans le monde de la natation synchronisée : « À l’adolescence, j’ai assisté par hasard à un gala de natation synchronisée qui m’avait fait une très forte impression, mais je n’arrivais pas vraiment à discerner pourquoi. J’étais persuadée que j’avais raté ma vie et que j’aurais dû faire ça. Au bout de quelques jours, je me suis aperçue que j’avais été impressionnée par des filles qui, au même âge que moi, étaient déjà dans la concrétisation et dans la prouesse. Et moi je n’étais, au mieux, qu’une promesse. Je trouvais que c’était une situation assez exemplaire de ce qu’on peut ressentir à l’adolescence, c’est-à-dire une sorte de malentendu avec ses désirs. »   

La vie aquatique  Céline Sciamma évoque le monde difficile de la natation synchronisée et sa mise en scène : « J’ai pratiqué beaucoup d’immersions documentaires dans ce milieu qui est complètement méconnu et assez fascinant. C’est un sport qui est exclusivement féminin et, par conséquent, qui produit un discours sur la féminité. La particularité de ce sport c’est qu’il est très difficile, très athlétique… Les filles s’entrainent vingt heures par semaine. Elles doivent avoir des qualités physiques exceptionnelles. Tout ça pour pas grand chose puisqu’il n’y a pas de carrière possible derrière. Et c’est un sport où l’on produit énormément d’efforts tout en devant les gommer. Les filles doivent donner l’impression que c’est facile et elles doivent absolument sourire. C’est ça qui m’intéressait. Les nageuses de natation synchronisée sont des petits soldats maquillés comme des poupées. Il y a des impératifs de séduction, de combat… En termes de mise en scène, c’était aussi un challenge parce qu’il y a un passé de connivence entre la natation synchronisée et le cinéma avec les ballets nautiques d’Esther Williams. Souvent, quand j’évoquais le film avant de l’avoir tourné, les gens avaient ce genre de souvenirs horrifiés ou nostalgiques. Il y avait des écueils à éviter : le kitsch, la chorégraphie… Pour moi, l’enjeu était de filmer la natation synchronisée comme un sport, c’est-à-dire montrer l’effort, la discipline, le côté militaire… C’est un peu l’armée des filles. »   

Musique électronique  La musique du film est signée Jean-Baptiste de Laubier plus connu sous le nom de Para One. Producteur du groupe de rap-électronique TTC, il s’est distingué en solo avec son album Epiphanie en 2006. Elève à la femis (où il a rencontré Céline Sciamma), il est également réalisateur.   

Made in femis  La réalisatrice, Céline Sciamma, le compositeur, Para One, et la directrice de la photographie, Chrystel Fournier, sont tous issus de l’École nationale supérieure des métiers de l’image et du son, La femis (anciennement IDHEC).   

Intemporalité    Céline Sciamma a voulu créer un sentiment d’intemporalité. Pour cela elle n’a pas mis un seul téléphone portable et a utilisé une bande-son originale. Un souci équivalent a été apporté à la garde pour robe pour éviter que le film puisse être daté.   

Bienvenue à Cergy  Naissance des pieuvres a été tourné dans la ville de Cergy (Val d’Oise). Un environnement déjà utilisé par d’autres réalisateurs comme Eric Rohmer (L’Ami de mon amie) ou Henri Verneuil (I comme Icare). Céline Sciamma : « Visuellement, c’est une ville-champignon qui a grandi au gré des projets d’architectes, qui propose des assemblages de lieux assez improbables et des ambiances qui poussent à la stylisation. Cela donne un patchwork de lieux assez étrange (…) On ne sait pas où on est, c’est Bienvenue. Les petits lotissements en brique rouge évoquent plutôt certaines banlieues américaines ou l’Europe du Nord. Tous ces lieux sont réellement concentrés sur 20 kms carrés. Il s’agissait de trouver un équilibre entre la vraie personnalité d’un lieu et la mise en scène qu’on pouvait créer autour. »   

La piscine 

La piscine est un lieu clé du film auquel la réalisatrice attache beaucoup d’importance : « La piscine est un lieu hautement cinématographique. Beaucoup de films français ont leur scène de piscine. C’est généralement le moment où l’héroïne réfléchit. Elle fait deux ou trois brasses et elle revisite sa vie. Sur l’adolescence à la piscine, il y a un grand film, c’est Deep End de Jerzy Skolimowski. La piscine c’est un lieu qui suinte. C’est un espace qui apporte sa part de stéréotypes mais qu’on peut investir de façon très différente. Il y a des films où c’est le lieu du confinement, d’autres au contraire, où c’est le lieu de la liberté. Même dans le traitement sonore, on peut jouer sur l’étouffement ou au contraire, travailler sur un espace plus ouvert. Pour moi, c’est le lieu de la naissance du désir, du dévoilement, de la moiteur. Source : ALLOCINE.

 

6 Réponses à “La Naissance Des Pieuvres”

  1. JEROCCA dit :

    ohoh…

    Super happy…

    You..(vous)
    It’s you ( C’est vous)

    Indeed…
    The Ardanticly version surely the best

    Tomorrow it’s your big day

  2. Jerocca post for LIsa dit :

    TODAY is the big day ^^

    … and I’m here, reading all the blogs…

    Merci beaucoup Lili, now I know what they are singing!!
    I have never heard another version, but I’m sure it’s true that Fanny’s version is the
    best! ^^

    ……………………

    ps

    …Lisa put this note on my blog by wrong
    So I sent it here for correction ^^

    I’m totally agress with what Lisa said…

    Couldn’t fall sleep in the midnight…

    big big big day…

    親親 莉莉 我愛你

    Chuik chuik Lili I love you

  3. Manaudou dit :

    merci a toi pour ceyte image ;)

  4. Pomme d'api dit :

    J’avais beaucoup aimé aussi. Un regard très neutre, objectif, peut être que la réalisation par une femme y joue, je ne sais pas.

    En tout cas la recherche de soi, de sa sexualité, la découverte de son corps m’avait bien plu. Très bien filmé aussi, les scène dans l’eau sont juste magnifiques. Un film à part, loin des clichés typiques de l’adolescence.

  5. K77.fr dit :

    Usually do not make friends which can be snug to be with. To understand that will induce a person to pry your family in. K77.fr http://www.k77.fr/

  6. destockhine dit :

    In the may ensure that your formula provided by an opponent, say to understand it to never someone. destockhine http://www.b77.fr/

Laisser un commentaire