Le dernier métro, F.Truffaut, 1980

9 septembre 2007

Le dernier métro, F.Truffaut, 1980 le-dernier-metro« Très bien accueilli par la critique et par le public, honoré par dix Césars, le film réalise le vieux désir de Truffaut de mettre en scène un film sur l’Occupation, période de son enfance, en même temps qu’il prolongeait son souci de filmer le trouble des sentiments entre les hommes et les femmes. « (extrait de « Pourquoi et comment Le Dernier Métro ? », L’Avant-scène Cinéma, n° 303-304, mars 1984, un excellent dossier sur lefilm).

Alors voilà, j’apprends à l’instant le contexte et l’histoire du film. 10 Césars, il n’en vaut pas moins. C’est un film absolument bien mené, et touchant. Qui traite et nous montre tous les méfaits de l’histoire de la France sous l’occupation, sans alourdir, encore, le poids déjà très lourd de l’Histoire, au profit, plutôt de celle de Marion Steiner et de Lucas Steiner le metteur en scène juif, et de Bernanrd Granger, le résistant. Encore une fois, dans ce film de Truffaut, c’est la vie qui triomphe, la vie, et plus que ça : La  »Vie passionément« .

Ma-gni-fique.

Avec Catherine Deneuve (Marion Steiner), Gérard Depardieu (Bernard Granger), Jean Poiret (Jean-Loup Cottins), Heinz Bennent (Lucas Steiner), Andrea Ferréol (Arlette Guillaume), Paulette Dubost (Germaine Fabre), Jean-Louis Richard (Daxiat), Maurice Risch (Raymond, le régisseur), Sabine Haudepin (Nadine Marsac).

L’histoire d’Adèle H, de F.Truffaut, 1975

6 septembre 2007

L'histoire d'Adèle H, de F.Truffaut, 1975 adelh4(D’après le livre de France S. Guille)

 C’est de loin une des meilleures réalisation de Truffaut…Un film relatant la vie d’Adèle H, la fille cadette du très graaand Victor Hugo…vivant dans l’ombre de sa soeur, Léopoldine, après le traumatisme indélébile de sa noyade…

C’est d’autant plus bouleversant que c’est du Truffaut, mais du Truffaut véritable « roman historique ». Nous plongeons en 1863, dans un contexte de guerre civile aux États-Unis. « La Grande-Bretagne va-t-elle reconnaître l’indépendance de la confédération sudiste et entrer en guerre contre les Yankies ? »

Adèle a quitté père et mère (exilés à GUERNESEY), pour Halifax, au Canada…C’est là qu’elle reverra son amour, que de passion à désespoir, de désespoir à rancune, et de rancune à désespérance, elle sombrera dans une folie (amoureuse?) d’une force invraisemblable.

Un film exquis, à voir et à revoir, une Isabelle Adjani absolument …?…Divine dans son interprétation.

Récompenses : César du meilleur réalisateur pour François Truffaut César de la meilleure actrice pour Isabelle Adjani César des meilleurs décors pour Jean-Pierre Kohut-Svelko Prix Georges Méliès

Les 400 coups, François Truffaut, 1959

2 septembre 2007

400coupsenfants.jpg  Le plus bel hymne à l’enfance que j’aie jamais vu… !

   Il y a énormément de chose à dire sur ce film…Je me contenterais, ici, de dire qu’il m’a beaucoup touchée(emoticone); la caméra de Truffaut s’est déjà trouvée…Et l’acteur Léaud est absolument … sensationnel, unique… !

 

400coups.jpg Quant au personnage même d’ Antoine DOISNEL, c’est Léaud, c’est Truffaut…Le reflet d’une époque, d’un Paris…Dont la vie nous fait encore, plus que jamais, rêver de l’audace…

Et cette musique, un véritable parfum … Qui parle mieux du film que moi !

 

400coups3.jpg

 

 

 

Jules et Jim, François Truffaut, 1962

31 août 2007

 La 1ère fois que je visionne un Truffaut sans Léaud…

Jules et Jim, François Truffaut, 1962 jules_ejim2aCe film m’a fait sursauter deux fois : Au tout début, avec cette voix-off ensorcelante sur ce texte, troublant :                                                                                  « Tu m’as dit « je t’aime », je t’ai dit  »attends »…, j’allais dire « prends-moi », tu m’as dit « vas-t’en! »                                                                                                                                    Et puis évidemment, à la fin :  »L’apothéose » du drame que je ne révèlerai pas biensûr !

Entre temps ? Non je ne me suis pas endormie, j’ai beaucoup admiré les perfomances et les effets de la caméra de Truffaut qui donne une dimension artistique, touchante, au film. Par exemple, les arrêts sur images sur les visages. Et aussi de précieuses images historiques…

C’est ce que je préfère chez François Truffaut, après les dialogues, ou l’on trouve des trésors : La grande sensibilité de la réalisation. Par delà l’histoire, c’est bien cette vie hors du scénario, celle d’une époque, des acteurs, d’un lieu…qui m’attache toujours à ses films.                                                                                                                                                                                            Et tous les films de Truffaut sont des hommages sensationnels à la vie humaine, même les drames qui sondent ce que peut être un être, avec profondeur.

 J’ai un peu moins adhéré au scénario, et, parfois, à la performance des deux acteurs (Jules, Jim). Néanmois, c’est avec plaisir que l’on peut admirer Jeanne Moreau jeune, et sa toute petite fille (Sabine), un hymne à l’enfance, à croquer!

Un drame comme je les aime, qui nous perd dans l’insaisissable enfer de la passion. D’autant plus complexe, que mêlé à une histoire d’amitié…

La Débandade, réalisé par Claude Berri, 1999

29 août 2007

capture06.jpgIl y a quelques mois que j’ai vu ce film…et je dois vous avouer que j’étais littéralement pliée du début à la fin !!!

Un extrait audio de ma scène préférée, pour le plaisir des abdos^^  

capture07.jpgCe film est HILARANT^^ Les dialogues, le scénario, et surtout, le jeu des acteurs : D’un côté Claude Berri totalement déprimé par ses problème d’érection, « aimant matérialiste », de l’autre, une Fanny Ardant sereine, et « aimante romantique ».

 capture05.jpgLe problème est celui de « la débandade » donc, et de son appréhension par le mari, d’une part, et l’épouse de l’autre. Deux points de vue sur ce qui constitue un véritable problème existentiel pour l’un, et une simple évolution, la marque du temps qui passe… dans le rapport au désir, et à la sexualité, pour l’autre, qui considère que le désir amoureux prime sur la sexualité. 

Un excellent film qui aborde ce problème avec un excellent humour, en ne négligeant pas le fond, et en soignant dialogue et visée didactique (enseignement moral) pour tous, du film.

Avec Fanny Ardant, Brasseur, Berri, Chabat…

« 8 Femmes », de François Ozon, 2001. Ou « ma découverte de Fanny Ardant ».

18 août 2007

8 Femmes…

…Et quelles femmes ! Toutes des actrices renversantes…avec une mention spéciale pour….Fanny Ardant, et Isabelle Huppert.

En soi, ce n’est pas un film qui bouleversera votre vie ! …Quoique pour ma part, c’est un film auquel je tiens particulièrement car c’est grace à lui que j’ai découvert le monde si particulier de Fanny Ardant. Et plus je l’ai découvert ce monde, cette actrice, cette femme, plus elle m’a boulversée par tant de beauté. Marginale et tellement altruiste à la foi, elle incarne le « vivre passionément », le « Soyez intense » qu’elle revendique souvent comme philosophie de vie… Allez savoir ? simple coup de coeur ?  Révélation. Elle m’a grand ouvert les portes du 7ème Art, « ce petit monde qui peut faire bouger le grand monde »(Fanny Ardant).

Image de prévisualisation YouTube

La vie des autres

10 août 2007

Drame (2h17)

La vie des autres ulrich_muehe

De Florian henckel von Donnersmarck, avec Thomas Thieme, Martina Gedeck, Ulrich Mühe* 

 Il a raflé l’oscar 2007 du meilleur film étranger…

Car c’est un film resplendissant d’humanité. Une leçon de vie pour chacun.

Le contexte : Novembre 1984, à Hohenschönhausen, (centre de détention de la Stasi, en Allemangne de L’Est)

L’Histoire : Comment un officier de la Stasi reprend conscience de son humanité après un « lavage de cerveau ».

 Grand Voyage historique_par les faits qu’il relate_ et intemporel par les valeur qu’il rapelle. Crédible, véridique, véritable…La fin est très touchante et particulierement bien menée. Un film, à mon humble avis, EXCELLENT (à voir en VO).

Sur une musique de Gabriel Yared (Azur et Asmar) qui a su orchestrer à merveille les tons qui enveloppent ces hommes, cette femme, jusque dans leur drame.

*      * *     *               *              * *               *      *

40091Le silence d’Ulrich Mühe (source : http://www.liberation.fr/culture/269492.FR.php )

Pour l’hommage à ce grand acteur.

Rendu célèbre en France dans le film «la Vie des autres» pour sa fascinante incarnation d’un agent de la Stasi, l’acteur allemand est décédé d’un cancer à l’âge de 54 ans.

Lire la suite de l’article »

La femme d’à côté (1983)

8 août 2007

La femme d'à côté (1983) pe18_truffaut 

François Truffaut…

              …Fanny Ardant…

Un film forcément sensationnel.  C’est un film sur l’ »enfer de la passion » comme Fanny Ardant les affectionne. Un voyage dans ses méandres (de la passion; de Fanny; de Truffaut), et qui nous sonde tous. Car c’est largement un film sur L’Humain.

On passe par tous les sentiments : amour, désespoir,  folie… Un tout bien pesé, mené, et joué…À se demander si ces acteurs « jouent » ou éprouve vraiment… (C’est une grande question pour petit amateur.)

Je trouve la relation Depardieu-Ardant aujourd’hui très « intéressante »…Le téléscopage de leur relation _actuelle_avec le film de Truffaut est inévitable, à mon sens. Certes, le scénario de leur vie n’est pas le même… Mais malgré tout, ces deux là s’aiment(amitié?), se soutiennent, et se reconnaissent dans ce qu’ils éprouvent.

La relation Ardant-Truffaut aussi mérite d’être évoquée. Ils s’aimaient lors du tournage de ce film. Il voulait l’épouser. Elle lui a donné une fille, peu après « vivement dimanche »(1984, dernier film de Truffaut, où elle incarne le rôle principal) et peu avant que la maladie n’ éteigne F.Truffaut (…qui brille toujours dans ses yeux*** …)

Je vous livre la morale de ce film, que tous les fans de Fanny Ardant et de Truffaut connaissent: « Ni avec toi, ni sans toi ».

À vos claviers, votre avis sur ce film, ou un autre de F.Truffaut, m’intéressent !

Change-moi ma vie

29 juillet 2007

Change-moi ma vie change3 

En parlant de film bouleversant…

Change moi ma vie est un tourbillon de sentiments. Détresse, compassion, amour…

L’envie de vivre ce que l’on est en soi. Et ce n’est pas aisé.

Fanny ardant est sensationelle dans ce rôle de femme qui lui va à merveille : passionnée et tourmentée, qui se cherche et qui se bat contre la société,  qui aime, d’un amour différent de l’amour…C’est une actrice qui me bouleverse. Roschdy Zem est tout aussi bluffant. Et le couple que forment les deux acteurs est une oeuvre d’art.

Ce tourbillon cinématographique est orchestré par Cheb Mami.

Vos réactions sur ce film m’intéressent !

Date de sortie : 28 Novembre 2001

Réalisé par Liria Begeja

Avec Fanny Ardant, Roschdy Zem, Sami Bouajila   

Film français. Genre : Drame

Durée : 1h 41min. 

Vol au-dessus d’un nid de coucou

29 juillet 2007

Vol au-dessus d'un nid de coucou B00004VYON.08.LZZZZZZZ

….Touchant… le mot est faible.

Mon émotion est immense à la fin du film. Qu’est ce que je veux/dois/peux en dire ? Il faut le voir pour savoir. C’est un film subversif. Dans le scénario, et plus tard dans sa portée sur le monde.

Tellement subversif qu’il nous est difficile de saisir le noeud du film. On en garde une douleur et un désir de revanche, de comprendre. Une tristesse et une folle envie de comprendre. Un mélange à la fois de rage contre le genre humain et d’altruisme furieux.

Je suis encore toute remuée par ce film que je viens de voir, il me faut un peu de recul. Mais je suis heureuse d’avoir vu un si bon film. Jack Nicholson est percutant dans son rôle…

Bon ciné à tous.

Réalisé par Milos Forman 1975

Avec Jack Nicholson, Louise Fletcher, William Redfield Film américain. 

Genre : Drame

12345